Si aujourd’hui il apparaît que la crémation est un mode opératoire plébiscité par bon nombre d’entre nous, la question du devenir des cendres pose parfois un problème, le choix de leur conditionnement aussi !

En matière d’urne funéraire, le CGCT précise que « l’urne peut être composée de deux parties, l’enveloppe extérieure, sa fermeture et le cendrier (intérieur) où sont déposées les cendres, soit ne comporter que le cendrier qui est l’urne elle-même ».
L’urne est désormais assimilée à un « cercueil », celui des cendres, et doit être munie extérieurement d’une plaque d’identité.

Les dimensions, le volume, ainsi que le système de fermeture ne font l’objet d’aucune règlementation.

Cela permet toutes les fantaisies, sans aucune limite à l’imagination. Les fabricants et distributeurs d’urnes funéraires l’ont bien compris.

En pratique, un volume de 3 à 5 litres parait raisonnable pour une personne adulte. Un matériau résistant à l’humidité est fortement conseillé en cas d’inhumation ou de scellement sur un monument. Certaines urnes de forme triangulaire n’entrent pas dans certaines cases de columbariums. Parfois, la taille trop importante des urnes ne permet pas d’en inhumer plus de deux ou trois dans un même caveau à urne.

J’insiste sur le fait de bien réfléchir sur le devenir des cendres. Quelques crématoriums permettent le temps de la réflexion en conservant les cendres gratuitement pendant une durée déterminée, et contractuelle. Dans mon département, c’est le cas du crématorium de Caen par exemple.

Pensez aussi à l’usage que vous ferez de l’urne après que les cendres seront dispersées en milieu naturel…

Vous pouvez réagir à cet article, et le commenter.
Vous pouvez aussi poser vos questions au gestionnaire d’un crématorium, ou à un opérateur funéraire habilité proche de votre domicile.👍

TEXTES TRADUIT EN ANGLAIS

Which urn to choose?

If today it appears that cremation is a procedure favored by many of us, the question of the fate of the ashes sometimes poses a problem, the choice of their packaging too!

In terms of funeral urns, the CGCT specifies that « the urn can be composed of two parts, the outer envelope, its closure and the ashtray (inner) where the ashes are deposited, or only include the ashtray which is the ‘urn itself’.
The urn is now assimilated to a “coffin”, that of the ashes, and must be provided with an identity plate on the outside.

The dimensions, the volume, as well as the closing system are not subject to any regulations.

This allows all fantasies, without any limit to the imagination. Manufacturers and distributors of funeral urns have understood this well.

In practice, a volume of 3 to 5 liters seems reasonable for an adult person. Moisture-resistant material is strongly recommended in the event of burial or sealing on a monument. Some triangular-shaped urns do not fit in some columbarium spaces. Sometimes, the too large size of the urns does not allow the burial of more than two or three in the same urn vault.

I insist on thinking carefully about the future of the ashes. Some crematoriums allow time for reflection by keeping the ashes free of charge for a fixed, contractual period. In my department, this is the case of the Caen crematorium for example.

Also think about the use you will make of the urn after the ashes are scattered in the natural environment…

You can react to this article, and comment on it.
You can also ask your questions to the manager of a crematorium, or to an authorized funeral operator near your home.👍